40K, la V7 et les joueurs …

Bonjour à tous,

Reprenons donc les bonnes habitudes et rions un peu avec la galéjade du jour avant d’attaquer le sujet principal.

 » Si Microsoft devait inventer un truc qui ne plante pas, ce serait un clou. »

… un charpentier réaliste

Voici donc venu le temps des articles un peu sérieux (pas trop je vous rassure, c’est juste un jeu après tout) sur des thèmes de réflexion autour de mon (notre ?) activité favorite : jouer à 40K.

D’emblée, je ne vais pas vous asséner un catalogue de qui, de quoi joue et pourquoi. Il y a de très bons articles ailleurs, bien meilleurs et beaucoup plus intelligents que tout ce que je ne pourrais jamais produire. Je vous invite donc à lire ces articles : http://ludismes-en-tete.fr/category/theorie-du-jeu/

Intéressons-nous ensuite à 40K dans ses particularités. On peut aisément classer chaque partie jouée comme faisant parti :

  • partie de tournoi : pour la compétition et les entraînements. Elles se déroulent dans un certain contexte de règles et de restriction qui permettent la mise en œuvre du tournoi. Il peut s’agir d’un événement ponctuel ou d’une ligue s’étalant dans le temps. Je classerais les parties de campagne dans cette catégorie.
  • partie entre amis : vous connaissez le joueur adverse et vous avez la même vision de 40K ou presque ou vous vous êtes entendus sur un certain contexte de règles et restriction pour jouer. C’est le cas par exemple des parties que l’on planifie au sein de notre club sur le forum.
  • partie casual : vous rencontrez un joueur et vous faites une partie impromptue ou du moins sans le contexte que l’on peut rencontrer en tournoi ou entre amis.

Et la V7 plus précisement ?

De mon point de vue, la V7 est une très belle édition. Elle n’est pas exempte de défauts au niveau du corpus de règles (je vous laisse le soin de lurker du côté des sections règles des gros forums communautaires, c’est assez édifiant). Mais c’est moins pire qu’avant, c’est au moins le constat que l’on peut faire. Cette édition a, par contre, plusieurs qualités que j’apprécie beaucoup.

En premier lieu, ce sont ses scénarios de jeu inclus dans le livre de règles. On peut à la fois reprendre des scénarios classiques tels qu’on les connaissait en V6 mais l’ajout des scénarios Maelstroms de guerre est un réel apport au jeu en lui-même. A ce niveau, je tiens à parler des scénarios ETC qui sont une véritable pépite et qui méritent vraiment d’être essayés peu importe votre niveau de jeu. Vous pourrez les trouver grâce à ce lien.

Puis, il y a les méthodes de sélection d’armées. La méthode libre est assez … libre … pas grand chose à dire sauf qu’elle permet tout ce que l’on ne peut pas avec la 2e méthode, la méthode réglementaire, qui force l’utilisation de détachements et/ou de formations.

Donc une partie de 40K en V7 peut être décrite rapidement par :

  1. Le type de partie : tournoi / entre amis / casual
  2. La méthode de sélection des armées
  3. La description des forces en présence
  4. Le scénario joué, le déploiement utilisé
  5. Une description succincte et pertinente des différents tours de joueur (y compris la phase pré-bataille)
  6. Le résultat final

En tournoi, le contexte des règles et restrictions se décide par l’organisateur du tournoi. Il ne doit donc pas y avoir de doute sur les points 1 à 4 si le règlement de l’événement est pertinent.Entre amis, c’est un peu la même chose sauf que ces points 1 à 4 sont décidés au préalable ou d’un accord commun sans trop de difficulté.

Il devient clair qu’une partie de 40K se doit d’avoir une phase préparatoire qui peut prendre du temps et ne doit pas être négligée pour éviter mécontentement et frustration de l’un voir des deux joueurs. La liberté octroyée par la V7 est aussi bien sa plus grande qualité comme son plus grand défaut dès lors que les 2 adversaires ne tombent pas d’accord sur quoi utiliser. Comme je l’ai déjà dit juste avant, cela ne pose pas (trop) de problème lors des parties de tournoi ou entre amis mais pourrait s’avérer un frein aux parties de type casual. En effet, comment faire jouer un joueur eldar intégrant des unités tau Forge World le tout en méthode libre et un joueur Blood Angel avec son détachement interarmes purement codex limité à 2 CPM ? Il semblerait que la liberté accordée en V7 soit donc un frein aux parties « d’opportunité ».

Cher lecteurs, comment appréhendez-vous la liberté de la V7 par rapport à l’amusement de chacun ? Avez-vous pris une certaine habitude de préparation de jeu et que vous pensez vouloir / pouvoir appliquer aux parties casual ? Pour ma part, je n’en fais plus car je considère que la description du contexte de règles et de restriction à appliquer est la base d’une partie réussie.

Si vous souhaitez que l’on traite de points particuliers dans ce blog, n’hésitez pas non plus à m’en faire part.


Une réflexion sur “40K, la V7 et les joueurs …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s